Êtes vous éligible au bonus réparation ?

14/04/2023 - Mis à jour le 23/10/2023

Êtes vous éligible au bonus réparation ?

Lancé avec un an de retard dans le cadre de la loi anti-gaspillage par le gouvernement et plus précisément par le ministère de la transition écologique, le bonus réparation a finalement été inauguré le 15 Décembre dernier. Avec un fonds de 410 millions d’euros géré par Ecosystem, ce bonus réparation englobe une trentaine d’équipements d’utilisation quotidienne et son déploiement devrait d’étendre à une gamme de 65 équipements d’ici 2025. Il a pour but de nous inciter à faire réparer nos produits électroniques ou appareils ménagers au lieu de les mettre au rebut ou au fond d’un tiroir et ainsi d’éviter le gaspillage en favorisant la réutilisation.
Bonne nouvelle, les téléphones portables et les tablettes numériques tactiles font partie de la liste des produits concernés. Cette aide vise aussi et surtout à faire évoluer nos comportements en favorisant la ré-utilisation, la réparation et le recyclage de nos produits high-tech.
Coup de projecteur de notre rédaction qui réponds aux questions que l'on se pose sur cette nouvelle mesure mise en place il y a un peu plus de 3 mois : Comment et combien peut-on obtenir pour la réparation de son Smartphone ? Quels sont les produits et pannes prises en compte pour obtenir le bonus ? Quelle est la démarche à effectuer ? Qui sont les réparateurs retenus par le label Qualirepar ?

Quels sont les critères pour bénéficier du bonus réparation ?

Au préalable, il faut que votre téléphone ait été acheté en France pour bénéficier du bonus, ce qui parait logique. Il faut aussi que le téléphone ou la tablette appartienne à un particulier, les entreprises ne sont pas concernées par cette aide. Autre critère qui semble logique, le matériel ne doit plus être sous garantie sinon il appartiendra au responsable de la garantie de remettre le matériel en état de fonctionnement. L’égibilité au bonus réparation n’interviendra qu’après la fin de toute garantie légale dite de conformité soit 2 ans après l’achat et qu’il ait été acheté neuf ou reconditionné. Comme il n’est pas toujours facile de comprendre les limites de cette prise en charge nous vous recommandons d’en parler avec votre réparateur agréé.

Quels sont le produits concernés par ce bonus réparation ?

Le spectre des produits concernés par cette aide est assez large. Les GEM (gros équipements ménagers), les PEM (petits équipements ménagers), les TV, les EGP (électronique grand public), appareils photos, ordinateurs, téléphones et tablettes, le gros et le petit outillage électrique et les JELS (jouets et équipements de loisir et de sport). Pour retrouver la liste complète des produits concernés vous pouvez consulter le site d’Ecosystem.

Comment fonctionne la prise en charge du bonus réparation ?

Les aides sont différentes en fonction des produits et vont de 14 à 45€ selon que vous fassiez réparer une télé ou un ordinateur portable. Pour les Smartphones et les tablettes le montant de l’aide à la réparation sera de 25€. Même si certains professionnels ou associations environnementales estiment que ce montant est trop faible, il faut saluer l’initiative et espérer que le fonds de 410 millions d’euros verra son montant revu à la hausse dans les années à venir.
Le bonus réparation s’applique sur les pannes de votre téléphone, pas la casse (ou dans des conditions très particulières). Majoritairement c’est le remplacement de la batterie qui fait l’objet de cette aide et dans ce cas le bonus réparation peut couvrir 50% du coût de la réparation, ce qui n’est pas négligeable. Pas de justificatif à envoyer et donc pas nécessaire d’attendre un remboursement, la prise en charge se fait directement chez le réparateur agréé qui se fera rembourser par l’éco-organisme. On saluera donc le fonctionnement très simple pour les consommateurs de cette aide. L’objectif du gouvernement est d’amener de 10% à 20% le pourcentage de réparation des téléphones.

Où et comment trouver un réparateur labellisé Qualirepar ?

Pour les consommateurs il existe 2 sites à disposition des consommateurs, e-reparation.eco et ecosysteme.eco pour trouver le réparateur agréé le plus proche. Mais mieux vaut ne pas habiter trop loin d’un centre urbain car il y a encore des trous dans la raquette si vous êtes en rase campagne !!
En décembre 2022, au moment du lancement du bonus réparation, ce sont 400 réparateurs qui ont été labellisés. Il y en aurait déjà 1500 et l’objectif du gouvernement serait d’atteindre les 3000 réparateurs agrées avant la fin de l’année et ainsi proposer un réseau homogène sur tout le territoire. Un site a été créé pour aider les réparateurs qui le souhaitent à rejoindre le mouvement et connaitre le processus de labellisation, il s’agit de https://www.label-qualirepar.fr/.

Quels sont les réparateurs labellisés par Qualirepar ?

A ce stade ce sont essentiellement les grands distributeurs (Boulanger, Leclerc, Darty…) et les grands réseaux de réparation comme Save qui ont été labellisés et ce sont un peu plus de 20000 clients qui auraient déjà bénéficié de ce bonus réparation.
L’arrivée de ce bonus réparation est une bonne nouvelle pour le marché de la réparation qui a vu son activité fortement ralentir depuis le COVID et surtout suite à l’évolution de la qualité des écrans de téléphones beaucoup plus solides réduisant de fait la casse et donc la nécessité de les faire réparer.

Nous avons rencontré, Charles Bocquillon, Directeur Général du réseau de réparation SAVE qui nous livre son retour d’expérience depuis le lancement du bonus réparation ➡️

Comment s’est passé pour SAVE la demande d’agrément Qualirepar ? Et quelles ont été les principales étapes de validation ?

Il faut tout d’abord faire la demande d’agrément auprès des eco-organismes qui nous mettent en relation avec une société qui réalise les audits. On reçoit tout d’abord une liste des points sur lesquels le centre de réparation va être audité et ensuite un audit physique sur le lieu de réparation est effectué pendant près d’une journée. De l’administratif à l’organisationnel mais aussi l’outillage, les processus de réparation et les enjeux sécuritaires sont analysés (liées à la sécurité des pièces détachées mais aussi des techniciens).

Depuis le lancement le 15 Décembre combien de clients sont venus spontanément dans vos boutiques pour bénéficier du bonus ? Cela a-t-il eu un impact significatif sur votre activité ?

On a pas encore pu chiffrer le nombre de clients qui sont venus spécifiquement pour le bonus réparation en revanche on a pu chiffrer la quantité d’interventions éligibles à Qualirepar et on est passé de 10% à 20% des interventions qui sont prises en charge. Pour être plus concret sur 100 clients facturés on en a 20 qui sont éligibles et comme beaucoup d’interventions concernent encore la casse d’écran (70%) qui elle n’est pas prise en charge, cela explique ce chiffre de ‘seulement’ 20% des réparations.

Quel est le retour des clients bénéficiaires de la prime ? Sont-ils satisfaits ?

La plupart du temps les clients ne sont pas informés de la prime et c’est plutôt une bonne surprise quand on annonce au client qu’il est éligible au bonus réparation. Le technicien eb boutique contrôle que le produit est bien éligible et on propose un devis qui tient compte de la remise. Le panier moyen de remplacement d’une batterie (prise en charge dans le cadre de la prime) se situe entre 50 et 60€ et avec le bonus on est presque à 50% de remise avec un reste à payer pour le client de 25 à 35€, donc oui les clients sont agréablement surpris.

La prime de 25€ pour les Smartphones et tablettes vous semble-t-elle suffisante ?

Pour les 30% de nos clients qui ont une petite réparation dont le montant est inférieur à 60€, oui la prime est efficace et est au bon niveau. Par contre si on veut s’attaquer aux 70% des clients dont la réparation est plus conséquente et les orienter vers une réparation plutôt qu’un renouvellement de téléphone, c’est plus compliqué car le montant de 25€ est insuffisant quand le budget dépasse les 150€. Le client optera plus souvent pour un remplacement du téléphone plutôt qu’une réparation. C’est donc un peu la limite du bonus réparation qui ne couvre pas tous les spectres de la réparation. Si on veut limiter le volume de déchet au profit de la réparation et donc limiter le renouvellement du téléphone, ce qui est le concept de Qualirepar, on y est pas encore.
Donc ce bonus fonctionne très bien pour des clients qui veulent allonger le cycle de vie de leur téléphone dont la batterie défaillante nécessite d’être remplacée. Il faut savoir que le remplacement de batterie après la casse, c’est le sujet majeur et le panier moyen de 50/60€ avant la prime est acceptable. Par contre pour les réparations suite à une casse il est plus difficile d’orienter le client vers la réparation quand son coût est important et donc non pris en charge par le bonus réparation. Idéalement il faudrait que d’un la prime soit applicable à la casse et de deux qu’elle soit proportionnelle au budget de réparation qui devient plus important quand on doit remplacer un écran car on atteint un panier moyen de 150€.

Quelles sont les pannes les plus souvent prises en compte ?

Comme expliqué avant, la casse représente environ 70% de notre activité et 20 à 30% des réparations sont des pannes essentiellement liées à la batterie. Une batterie usagée qui a perdu une grande partie de sa capacité est considérée comme une panne qui est prise en charge par le bonus réparation. Pour résumer environ 30% des problèmes rencontrés par nos clients rentrent dans le spectre de Qualirepar et la majeure partie pour des problèmes de batterie mais cela peut être, dans une moindre proportion, des problèmes liés aux hauts parleurs, écouteurs et connecteurs de charge.

Tous les centres de réparation Save sont-ils labellisés Qualirepar ?

Pas encore, le tout premier centre a avoir été labellisé est notre magasin pilote de Wagram à Paris. Nous en avons 50 en cours de validation et l’objectif est que d’ici la fin de l’année la totalité du réseau Save soit labellisé.

👀 Contenus susceptibles de vous intéresser :

- Un nouvel article sur les nouveautés du bonus réparation en 2024
- La revente une vraie tendance ?
- Le grand gachis des produits high-tech